Trouver une mission freelance, quelle plateforme ?

Il y a quelques semaines, on vous disait tout sur les plateformes de freelance. Ces plateformes de mise en relation entre des clients potentiels et des auto entrepreneurs fonctionnent chacune à leurs manières.

Zoom sur les principales plateformes de mise en relation freelance/client et leurs fonctionnements. 

Trouvez un développeur web freelance !

Contactez-nous !

LinkedIn, le réseau social du travail

LinkedIn, c’est un peu le facebook des entreprises, le réseau social du travail ! 

Votre profil fait office de CV. Photo, profession, expériences passées… vous pouvez même y rajouter des compétences particulières validées par votre réseau : collègues, ancien collègues, camarades d’école, amis…

Votre profil est consulté par de nombreux recruteurs et vous pouvez également postuler aux offres d’emploi.

Pour entrer en contact avec des recruteurs qui ne font pas partie de votre réseau, il vous faudra souscrire à la version premium.

Ce qu’on aime : l’esprit réseau social, la possibilité de partager du contenu et de réseauter avec tout plein de monde !

Ce qu’on aime moins : Il faut payer pour avoir accès à plus de fonctions et augmenter ses chances de trouver des missions.

Upwork : le géant international

Upwork est une des plateformes de freelance internationale, qui permet aux freelances de postuler à de nombreuses offres dans tous les domaines : rédaction web, traduction, développement web, graphisme, assistante à distance… 

La concurrence y est très forte, mais si vous avez des connaissances rares et recherchées, vous y trouverez votre bonheur. Les recruteurs peuvent également consulter votre profil et vous proposer de postuler à leur offre.

Pour postuler, le système fonctionne avec des crédits. L’inscription est gratuite et vient avec un nombre de crédit limité. Pour augmenter vos crédits, il vous faudra à l’abonnement Upwork.

Ce qu’on aime : La multiplicité des offres à l’international ; la facilité pour postuler en seulement quelques clics.

Ce qu’on aime moins : Les frais un peu élevés (20% du montant de chaque mission)

Malt : la plateforme française qui s’exporte

Malt est une plateforme française, qui permet aux recruteurs de consulter les profils de freelance et de leur proposer une collaboration. Pas de prospection pour le freelance, qui peut se créer un profil et attendre d’être contacté. 

Des Malteries, où vous pourrez rencontrer les équipes, sont situés dans plusieurs villes d’Europe : Paris, Lyon, Madrid, Munich et Berlin ! 

Ce qu’on aime : Le fait que l’inscription soit totalement gratuite. La plateforme se rémunère sur un pourcentage du montant de vos missions.

Ce qu’on aime moins : l’impossibilité de contacter des clients, l’attente d’être contacté sans forcément aboutir à la signature d’un contrat.

Découvrez l’avis de Florian Doyen, Développeur web, expert e-learning et formateur

« Malt est une plateforme très claire et épurée mais j’adore surtout son côté gratuit ! La plateforme m’envoie un email et un sms lorsqu’un client me contacte, mettant toutes les chances de mon côté de décrocher une mission.

Je trouve leur système de commission plus juste que les autres plateformes : la commission est de 10% et baisse à chaque fois que l’on retravaille avec le même client. Cela permet de fidéliser les clients ! Cependant, pour apparaitre dans les résultats de recherche, il faut signer le plus de contrats possible… Disons que la commission est une sorte de « paiement déguisé » pour apparaître en haut des recherches.

Malt communique beaucoup, donc les messages de clients se font de plus en plus fréquents. »

Codeur : les freelances du digital ! 

Codeur est essentiellement orienté dans les métiers du web. Les clients pourront vous contacter en fonction de votre profil. Mais vous devrez payé pour être en mesure de contacter des clients et de postuler à des offres.

Ce qu’on aime : interface claire et simple d’utilisation, renouvellement quotidien des offres

Ce qu’on aime moins : beaucoup de concurrence, beaucoup de temps perdu à « postuler dans le vide »

Découvrez l’avis de Nicolas Moreau, développeur web.

“Je travaille généralement grâce à mon réseau. Pendant le confinement, j’ai eu un peu plus de temps libre, alors je me suis inscrit sur codeur.com. 

La souscription à l’offre pro est très vite amorti ! En une semaine, j’ai engagé des conversations avec une dizaine de clients potentiels, et signé deux contrats avec deux clients. 

Du coup, il suffit d’une mission pour amortir le coût de l’inscription pro. Mon astuce pour signer un contrat, c’est de proposer directement un rendez-vous téléphonique.”

Fiverr, le marché aux services

Fiverr a commencé par mettre en relation les professionnels de l’artistique, pour finalement se développer et permettre à chacun de proposer un service…à des prix défiant toute concurrence. Le prix minimum – et le plus répandu – s’élève à 5$. Difficile donc d’y trouver des missions payées décemment.

Ce qu’on aime : Le côté « marché », où c’est ouvert à tous et facile de proposer un service.

Ce qu’on aime moins : la trop forte concurrence !

Enfin, il existe également des plateformes spécialisées qui rassemblent des freelances d’un domaine particulier. C’est le cas de Skuadron, qui rassemble le meilleur des freelances en développement web.

Crème de la crème, la communauté de freelance

Crème de la crème est une initiative française qui se veut bien différente des plateformes de freelance. Elle se présente comme une communauté sélective d’autoentrepreneurs, triés sur le volet, dans les domaines de la Tech, du Data, du Design et du Marketing Digital.

Ce qu’on aime : l’esprit communauté, l’inscription entièrement gratuite et la rémunération de la plateforme du côté du client, les partenariats avec la banque Shine et la mutuelle Wemind.

Ce qu’on aime moins : le trop peu nombre d’offres par rapport aux nombres de freelances.

Découvrez l’avis de Guillaume Argiles, développeur full-stack spécialisé dans l’e-commerce

« Je suis inscrit sur Crème de la Crème depuis quelques années déjà. La plateforme fonctionne sur un système de match, en proposant des missions aux freelances qui correspondent le plus aux offres.

Toute la communication se fait sur Slack ! Bien qu’il y ait peu de missions par rapport aux nombres d’inscrits, l’inscription est totalement gratuite et la plateforme se rémunère sur l’entreprise, et non pas sur le freelance !

Nous avons même une chaîne dédié à la communication entre freelances, on s’entraide, on se pose des questions sur toutes les démarches administratives, les questions de crédit, de mutuelle… il y a un vrai esprit de communauté qui me plait ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


amet, commodo mattis eleifend libero. elementum id, quis, risus elit. pulvinar accumsan